Ouvrages

« Le conquérant de L’empire Imaginaire »- Roman historique
الحافلة رقم : 32
Une année considérable
La transition au Maroc : Le purgatoire
La transition au Maroc
منشورات دفاتر سياسية
اليسار في المغرب الضرورة والتوترات

Nous avons 10 invités et aucun membre en ligne

Compteur de visites

757118
Ajourd'hui
Hier
Cette semaine
Max. par semaine
Ce mois
Mois passé
Depuis le début
234
200
1310
296820
4478
4841
757118

votre IP: 34.203.245.76
Heur du Serveur: 2019-01-19 15:28:38

Chercher dans notre site

janvier 2009

Nous condamnons dans les termes les plus énergiques la dernière flambée de violence au Moyen-Orient, la attaques israéliennes sur Gaza, manifestement à répondre à des attaques à la roquette sur Israël. Il ne fera rien, mais créer la misère et la haine. Il va éliminer le Hamas ni créer, ni la sécurité d'Israël. Il est excessif, disproportionné et inefficace, quelle que soit la provocation mai ont été, comme il l'a été au Liban en 2006. Il est contraire aux principes fondamentaux du droit international. Et il rendra un véritable effort de paix sans effet pour les années à venir. Déjà, la Syrie a retiré de ses discussions indirectes avec Israël sur la paix et le monde arabe a été déchiré par des manifestations de colère.

 

 

 

Nous sommes profondément préoccupés par la situation humanitaire qui en a résulté la violence. À ce jour, près de trois cent cinquante personnes ont trouvé la mort, au moins soixante-deux d'entre eux étaient des civils, selon les Nations Unies, et plus d'un mille cinq cents personnes ont été blessées depuis qu'Israël a ouvert sa dernière campagne contre le Hamas dans la bande de Gaza sur Décembre 28, 2008. Quatre personnes sont mortes et au moins dix ont été blessés en Israël en raison des roquettes tirées depuis la bande de Gaza en retour. 

  La stratégie du Hamas, basé sur des attaques à la roquette de la bande de Gaza sur des villes israéliennes à proximité depuis le début de la décennie, mai et ont nui à toute solution de la question palestinienne. Pourtant, il est également bon de garder à l'esprit l'échec de la stratégie d'isolement de la bande de Gaza depuis Janvier 2006, dans une tentative visant à saper la légitimement élu du Hamas gouvernement dominé dans les territoires occupés. Et il est bon de rappeler que la privation s'est rendu sur la bande de Gaza tout au long de l'année écoulée dans le cadre de cette stratégie avec l'appui tacite des puissances extérieures.

 

Pourtant, le recours unilatéral à la force jamais, en soi, le conflit se termine, pour que ne peut venir que par le biais de négociations entre les partenaires véritablement attachés à un tel résultat, sur la base du droit international. Et pour cela à atteindre, les clivages au sein de la Palestine doit d'abord être guéri. Et que, à son tour, ne sont possibles que si le siège de Gaza est levée afin que le Hamas et le Fatah peuvent négocier en dehors de leurs différences en toute bonne foi. Ensuite, Israël, aussi, devra faire face à des questions qu'elle a longtemps éludée; de Jérusalem, les colonies de peuplement, le droit de retour et de l'inviolabilité des frontières - celles de la Palestine ainsi que ses propres.


Le rôle des États-Unis à toute solution sur le conflit israélo-palestinien question a toujours été critique, malgré le désintérêt de l'administration Bush au cours des huit dernières années. La future administration Obama, compte tenu de son intérêt dans l'amélioration de arabo-américaine des relations, ne doivent pas être détournés de relever le défi de faire appliquer immédiatement un cessez-le-feu de demande injustifiée de plus de menaces à la sécurité d'Israël.

 

Et l'Europe doit soutenir cette initiative en jouant le rôle recherché par les Palestiniens et les Arabes aussi bien, ainsi que par les modérés en Israël, que des actifs d'équité dans la promotion d'une solution de compromis fondée sur deux États souverains côte à côte dans le Levant -- l'un israélien et l'autre palestinien. Dans le cadre de ce processus, il doit s'engager à mettre le Hamas lui-même dans le processus de négociation sur les conditions acceptables pour tous les participants.


Guerre asymétrique, dans lequel la plus forte, par le biais de «choc et stupeur", vise à la vache la plus faible, n'a jamais vraiment réussi, quel que soit à court terme mai succès semblent émerger. Ne contraint pas non plus de solutions, grâce à la pression économique et l'isolement. Négociation - un processus politique - est finalement la seule voie viable, même si aucune des parties ne peut offrir pleinement ce que l'autre veut. Et en fin de compte, c'est ce que les deux parties ont à faire, pour Israël ne peut pas éliminer le Hamas par la force.

 Depuis toujours la violence se soldent par un échec, nous demandons à l'Europe et les États-Unis immédiatement à faire tout leur possible pour parvenir à une solution négociée le plus rapidement possible - pas moins à protéger la vie des civils, en particulier dans la bande de Gaza. Ils devraient appeler à un cessez-le-feu immédiat, l'application doit être assurée par le biais de sanctions si nécessaire, et ensuite toutes les parties au conflit, y compris le Hamas, à une conférence visant à parvenir à une solution à deux États basée sur les principes de l'Accord de Genève.