Violence politique et paix dans le monde arabe

Chaillot Paper – n°122, November 2010
par Abdallah Saaf

L’ancien concept de « sécurité nationale arabe », que l’on croyait définitivement condamné après la disparition progressive des régimes d’obédience nationaliste arabe, perdure, voire même se renouvelle. Qu’en est-il aujourd’hui des conceptions et doctrines ? Que reste-t-il des représentations liées à la problématique de l’État postcolonial, qui avaient prévalu dans le monde arabe au cours des décennies précédentes ?

Dans le présent Cahier de Chaillot, Abdallah Saaf, professeur à l’université de Rabat et spécialiste des relations internationales, notamment dans le monde arabe, examine la période qui s’étend des années 1990 à la première décennie du XXIe siècle à la lumière des nouveaux éléments – terrorisme, non-violence, guerre urbaine, sécurité humaine, distanciation vis-à-vis du conflit israélo-arabe, etc. – apparus dans la grille de lecture. S’appuyant autant que possible sur les idées des acteurs des pays concernés, qu’ils soient au pouvoir ou non, l’auteur a fait le choix d’examiner les perceptions de la menace et non les menaces elles-mêmes. Il donne ainsi un éclairage permettant de mieux cerner les dynamiques et les inhibitions, les craintes et les attentes des États et des sociétés arabes à l’heure actuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*